Le DIF est mort, vive le CPF !

13

JAN

Commenter
Depuis le 1er janvier 2015, le DIF (Droit individuel à la Formation) n’existe plus.

Les heures de formation acquises au titre du DIF ne sont cependant pas perdues et resteront utilisables selon les nouvelles règles qui s’appliquent à la formation depuis le 1er janvier 2015, dans le cadre de la réforme de formation. Elles ont notamment conduit à la création du site Internet moncompteformation.gouv.fr accessible à tous les salariés.

Le CPF, qui remplace le DIF, permet d'utiliser les heures acquises au titre du DIF et non encore utilisées au 31 décembre 2014. Ces heures resteront utilisables jusqu'au 31 décembre 2020.

Les modalités du CPF

Un salarié pourra capitaliser jusqu’à 150 heures sur son CPF : 120 heures en 5 ans -soit 24 heures par an-, puis 30 heures en 2 ans et demi -soit 12 heures par an.

Les personnes qui souhaitent effectuer une formation peuvent la rechercher sur le site moncompteformation.gouv.fr. Des critères précis ont été définis pour que les formations puissent être suivies dans le cadre du CPF (formations qualifiantes, accompagnement VAE, formations socle de compétences, etc.). Elles doivent désormais figurer sur la liste des formations éligibles.

Les formations suivies dans le cadre du CPF sont financées par l'employeur par l’intermédiaire d’une contribution versée auprès de l'organisme collecteur des taxes formation propre à chaque secteur d'activité

La formation professionnelle, une préoccupation majeure pour les salariés

Une récente enquête de l’Afpa montre que les français considèrent la formation professionnelle comme une priorité. Un tiers d’entre eux en a suivi au cours des 12 derniers mois, majoritairement à la suite d’initiative personnelle. Quand ils s’engagent dans une démarche de formation, 85 % des salariés souhaitent développer de nouvelles compétences et 55 % envisagent d'obtenir une qualification.

Malgré cela, le DIF (Droit individuel à la formation), entré en vigueur il y a dix ans, est resté très largement sous-utilisé : 76 % des actifs ne l’ont jamais utilisé et 87 % des demandeurs d’emploi. D’autres dispositifs ont rencontré plus de succès : le plan de formation établi par leur entreprise (pour 45 % des salariés) ou un stage financé par Pôle emploi ou la région (63 % des demandeurs d’emploi).


Laisser un commentaire

Veuillez patienter s'il vous plait