Les 6 principaux facteurs de succès d’une formation blended dans les domaines comportementaux

21

JUN

Commenter

Non, le blended learning n’est pas l’apanage des langues ou de l’informatique ! Sous réserve de quelques principes à respecter, c’est aussi un puissant levier de montée en compétences dans le secteur des formations comportementales. Fruits de nos propres expériences, de nos essais transformés et des principaux obstacles qu’il a fallu surmonter, voici quelques règles d’or :


Se focaliser sur circle1la cohérence pédagogique avec l’apprenant au centre du jeu

Il ne s’agit pas, pour créer un parcours blended comportemental pertinent, d’agréger des méthodes pédagogiques diverses, au seul prétexte d’un effet de mode, ou sous l’emprise du chant des sirènes des formations distancielles. Il convient de partir des objectifs,  du contenu prioritaire et des éléments périphériques pour les confronter ensuite aux attentes, profils et contraintes des participants. Ainsi, le chemin devient plus clair et les différentes briques pédagogiques prennent du sens. Une fois cette première étape passée, vous pouvez vous concentrer sur le design de l’ensemble. Gardez toujours à l’esprit cet objectif, vous devez susciter l’engagement et augmenter l’envie de mettre en pratique. L’appui d’un expert pédagogique est à ce titre indispensable pour assurer un enchainement cohérent et fluide des séquences.

En soit rien de bien nouveau, me direz-vous !

Tout comme la phase de test qui ne doit pas être négligée pour identifier la meilleure formule de formation.

twoS’astreindre à une approche rationalisée des potentialités du digital

Cooc, m-learning, Spoc, Mooc, social learning, séquence d’autoformation web App, … : chacun de ces outils à la désignation plus ou moins barbare présente ses propres intérêts.

Force est de constater qu’aucun ne répond à lui seul, à l’ensemble des facteurs qui assure un apprentissage actif et pérenne. De même, ces dispositifs ne peuvent satisfaire entièrement les attentes, parfois contradictoires, et les contraintes des services formation des entreprises. Alors que ces outils sont déployés à grand renfort de marketing.

Comparer formation et cuisine peut paraître réducteur. Mais quand on évoque les solutions blended, c’est bien d’une recette dont nous parlons. Celle-ci consiste à mixer différents ingrédients pour optimiser la formation en salle.  Et qui dit recette dit dosage. Quand le parcours blended est abouti, la formation comportementale en présentiel se focalise alors  sur ce qu’elle sait faire mieux : le développement des compétences par la mise en pratique de savoirs théoriques et les échanges entre pairs.

C’est pour atteindre ces objectifs que les possibilités offertes par les outils numériques sont à étudier de près.

Cela nécessite d’expérimenter chacun d’eux sur différents volets. En effet, il faut se placer dans la position de l’apprenant mais aussi dans celle du concepteur de formations. Cette double vision permet de mesurer efficacement les contraintes techniques, d’évaluer la facilité de prise en main, de sourcer des prestataires technologiques, de mener une veille permanente sur les innovations pédagogiques digitales et d’améliorer l’offre de formation blended à échéances plus fréquentes que ne le nécessitaient les formations en salle classiques. C’est seulement dans ce cadre que la formation peut répondre aux transformations sociétales, aux nouvelles aspirations des apprenants comme des donneurs d’ordre pour aller vers toujours plus d’efficacité.

threeChoisir une formule avec une intégration réelle de la ludification

La motivation par le plaisir est l’un des ingrédients de la qualité de vie au travail. Elle doit l’être aussi dans la formation blended, qu’il s’agisse des séquences d’apprentissage numérique (badges, points, challenges, défi, niveaux, etc.) ou de formation en salle (et notamment, réflexion sur les lieux de formation, sur l’ergonomie, sur l’équipement des salles, sur l’accueil des participants, etc.). Apprendre durablement, cela doit d’abord être un plaisir ; ou la conséquence logique d’un ensemble d’activités qui vont générer du plaisir. Les formations blended sont une opportunité de renouer avec ce fondamental. Elles permettent de s’adapter aux différents profils  d’apprenants. Les dispositifs blended, s’ils intègrent une dose significative de gamification, augmentent l’engagement de l’apprenant, l’impact de l’apprentissage reçu et donc les résultats directs sur l’activité professionnelle.

circle-1Utiliser toutes les possibilités du marketing RH pour réussir l’ancrage des dispositifs blended en formations comportementales

Pour la plupart des gens, la formation, c’est, ou le format classique de 2 jours en salle, ou des modules d’autoformation en e-learning sur des sujets souvent techniques. Les formations mixtes, et notamment pour les domaines comportementaux, représentent un changement de modèle profond.

Quelles que soient les modalités pédagogiques déployées (Mooc ou serious game en amont, formation en salle,assesment et validation des progrès par des quizz, possibilité d’autoformation via des ressources mises à disposition sur la plateforme LMS, mobile learning, perfectionnement via le social learning ou en classes virtuelles, coaching ou mentoring internes, …), elles doivent être expliquées et non décrétées. C’est ici que le marketing RH doit être mené avec volontarisme et … pédagogie.

Ainsi, cette  communication RH doit sans cesse rappeler les enjeux, rassurer sur les mécanismes du blended et montrer les bénéfices pour chaque participant. Plus important encore, les responsables formation doivent travailler conjointement avec les prestataires pour développer les meilleures pratiques qui impliqueront les encadrants en amont des formations et sur leur suivi.

circle-2Ne pas sous-estimer l’importance des formateurs !

Quel que soit le modèle de parcours blended mis en place,  son  adéquation et sa sophistication sur le papier, l’un des moments forts restera la formation en salle. Sélectionner des formateurs inspirants, enthousiastes, et orientés résultats, sont des prérequis incontournables pour garantir le succès de la démarche. Si ces formateurs doivent par la suite animer des classes virtuelles, il faut s’assurer au préalable de la maîtrise de ce mode d’animation. La pédagogie active en salle et celle via des outils distanciels n’obéissent pas aux mêmes règles et nécessitent l’acquisition de compétences propres.

circle-6Privilégier les offres globales avec un point d’entrée unique

Le parcours blended nécessitent d’agréger des contenus, des savoir-faire pédagogiques et technologiques. Faire travailler ensemble ces différents acteurs est complexe. Pour éviter les pertes de temps ou d’efficacité (bugs, appauvrissement des contenus, incompréhensions des différentes parties,…), il est préférable de n’avoir qu’un seul interlocuteur. Ce maître d’ouvrage coordonnera l’ensemble des interactions pour construire ou mettre en œuvre le parcours blended retenu. Dans l’idéal, ce partenaire maîtrise un maximum de savoir-faire pour faciliter les collaborations. Dans le cas contraire, il aura noué des partenariats forts avec des prestataires reconnus. Il ne faut pas oublier de vérifier le process de mises à jour des séquences numériques. Ces aspects d’actualisation sont primordiaux à prendre en compte pour faire des parcours blended un sujet vivant, et non un énième  module sur étagère, au vieillissement précoce.

 

 

 

Laisser un commentaire

Veuillez patienter s'il vous plait