L’inadéquation des compétences coûte cher à la société

16

JUN

Commenter
Compétences professionnellesAlors que le taux de chômage en France est au plus haut, nombreux sont les employeurs qui éprouvent de réelles difficultés à pourvoir certains postes. L’inadéquation entre les compétences des candidats et celles attendues par les recruteurs en est l’une des raisons. Plusieurs études ont mis en évidence les conséquences financières pour les entreprises et tenté d'en estimer les surcoûts.

L'inadéquation des compétences impacte la productivité

Selon l’étude Adapt to Survive*de PwC, l’inadéquation des compétences coûterait 150 milliards de dollars à l’économie mondiale et plus de 3 milliards de dollars à la France. Ce coût serait engendré par le cumul de deux phénomènes : la perte de compétitivité d’une part et l’accroissement des dépenses de recrutement d’autre part.

En effet, les performances des entreprises sont liées en grande partie aux compétences, au savoir-faire et au niveau de qualification des salariés. Quand ceux-ci perdent en adaptabilité et ne sont plus en mesure de répondre aux nouveaux besoins du marché, cela impacte directement la productivité de l’entreprise. La pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs oblige, quant à elle, les entreprises à des recrutements longs, sans garantie d’adéquation des profils.

L'inadéquation professionnelle alimente crise et chômage

L’OIT – Organisation Internationale du Travail – avait déjà en 2013 attiré l’attention sur ce qu’elle a appelé la Grande Inadéquation. Selon l’organisation, la crise a eu pour conséquence de mettre sur le marché de l’emploi des salariés ne possédant pas les compétences recherchées par les employeurs.

Or, ces salariés, provenant de secteurs économiques en crise, sont ceux qui ont le plus de difficulté à réaliser une reconversion professionnelle vers les domaines d’activité moins touchés par la crise. Chômage et pénurie de talents semblent être une des conséquences d’un marché du travail en pleine mutation, du fait de la mondialisation ou des mutations technologiques.

Pourtant cette situation, et plus particulièrement la montée du chômage, pourrait être endiguée selon l’OIT. Le développement des compétences par la formation et l’investissement dans des programmes de reconversion professionnelle devraient permettre de faire coïncider l’offre et la demande de qualifications pour améliorer l’adéquation des compétences.

*étude réalisé par PwC pour le réseau LinkedIn, avril 2014

En collaboration avec Delphine Guidat

D'autres actualités sur le thème de la formation :

Une entreprise agile est source de bien-être pour ses salariés
Les élus locaux ont aussi droit à la formation !
Le management intergénérationnel, une nouvelle approche managériale
La mixité, un levier de croissance pour les entreprises
Le présentéisme : un mal français ?
Formation professionnelle : ce qui va changer en 2015
La réforme de la formation professionnelle vue par les DRH

Les formations Fym Conseil à l'affiche actuellement :

Manager à distance : piloter l’e-mobilité
Prévenir et gérer les risques psychosociaux
Développer le leadership au féminin
Les formations liées à la démarche RSE
Le management intergénérationnel

Laisser un commentaire

Veuillez patienter s'il vous plait