Réseaux sociaux, un outil de recrutement

20

JUI

Commenter
Reseaux sociauxCes derniers années, les réseaux sociaux – professionnels ou non – sont devenus une solution de recrutement incontournable pour les entreprises.
Dans la pratique, quels sont les réseaux à privilégier ? Ne représentent-ils que des avantages ?

Un vivier de candidats

Métiers en tension, guerre des talents, besoin immédiat de recrutement : les outils classiques – jobboards, chasseurs de tête, cabinets spécialisés - ne semblent plus pouvoir répondre seuls à ces problématiques.

Le sourcing de candidats via les réseaux sociaux s’est donc développé ces dernières années et pas uniquement dans les grands groupes. Les petites entreprises à forte densité de cadres, par exemple, se sont elles aussi emparées de ces canaux de recrutement. Les candidats ne sont pas en reste, qu’ils soient en recherche d’informations sur les entreprises, les valeurs qu’elles véhiculent ou qu’ils souhaitent postuler à des annonces.

Séduire les hauts potentiels, attirer le bon candidat, mettre en avant sa marque employeur, sont autant d’avantages. Mais ils restent à nuancer. En effet, être actif sur les réseaux, animer leur page, rechercher des candidats potentiels, tout ça prend du temps et représente un coût pour l’entreprise. Sans parler des abonnements destinés aux recruteurs, qui représentent parfois plusieurs milliers d’euros à l’année.

C’est pourquoi, les responsables des ressources humaines doivent avoir mis en place en amont une politique de ciblage des candidats. Pour obtenir des résultats en termes de recrutement, il est nécessaire d’être présent sur le web 2.0 depuis au moins 6 mois.

Quel réseau choisir ?

Cette stratégie de présence des entreprises sur les réseaux sociaux doit aussi être adaptée à leur besoin de recrutement. On n’entre pas en contact de la même façon avec un ingénieur, un stagiaire ou un expert à l’international. A chaque réseau professionnel correspondent des profils différents.

Ainsi, Viadeo ou LinkedIn donneront accès à des cadres ou des cadres supérieurs, qu’ils soient expérimentés ou présents à l’étranger pour LinkedIn ou avec des profils plus ouverts pour Viadeo (jeunes diplômés ou candidats potentiels en province). Xing, réseau d’origine allemande, attirent plus les cadres issus des secteurs des médias, de l’informatique ou de la banque / assurance.

Facebook et Twitter, quant à eux, longtemps associés à la sphère privée, ne sont pas à négliger, devenant des canaux de communication RH et de recrutement, au travers des fans pages ou des sites carrières des entreprises. Les cabinets de chasseurs de tête viennent aussi y relayer des offres d’emplois.

Mais attention, les sociétés doivent prendre en compte le fait qu’une partie des cadres ne sont pas encore persuadés de l’intérêt des réseaux sociaux. Une enquête menée il y a un par Michael Page révélait que plus de 30% d’entre eux ne les utilisaient pas. Sans oublier ceux qui ne sont pas en recherche active d’emploi et qui ne souhaitent pas forcément être contactés.

Les articles d'actualité sur le même thème :

Formation : le présentiel toujours plébiscité
La formation, un outil d'évolution
Bonus pour les entreprises qui emploient des alternants

Laisser un commentaire

Veuillez patienter s'il vous plait